Non, les femmes trans ne sont pas des femmes comme les autres. 

Une grande mercie à Seshat pour sa deuxième contribution 🙂

Puisque visiblement il faut mettre les points sur les i et les barres sur les t on va s’expliquer. Je prends du temps pour celles qui ne vivent pas dans la même dimension que moi et qui se sont laissées emporter par ce délire collectif auquel noues assistons pantoises. Attention, je vous entraîne dans un débat niveau ras les pâquerettes. Je pars en croisade contre le transactivisme. J’en ai marre de la fermer, il faut que ça sorte. Au passage, spoiler alert, je suis tellement remontée contre ce ramassis de biteries que cumule l’idéologie TRA, que je peux me montrer un peu agressive. Cependant, rassurez-vous, aucune commune mesure avec l’agressivité dont je pourrais être victime de la part nos trans-sœurs s’ils venaient à me croiser dans la rue, alors, respirez. Vous êtes toutes prêtes ? C’est parti. 

Des mecs essaient de nous faire prendre des bites pour des lanternes, les trans seraient des femmes comme les autres. Je reviens aux bases. Je vous remets les idées en place et ensuite, on va parler des vrais problèmes de l’humanité !

Déjà, tu noues appellent femmes cis, donc tu sais qu’on est différentes non ? Cet argument à lui seul devrait clore le sujet, néanmoins, l’idéologie transactiviste ne se limitant pas à une seule contradiction je vais devoir pousser un peu le raisonnement. 

Avant qu’octobre rose ne disparaisse, taxé de transphobie, je rappelle à nos aimables trans-sœurs qu’il est moins utile d’aller faire une mammographie que d’aller faire un dépistage du cancer de la prostate.

Purée, j’ai mal au bas du ventre. Voilà plusieurs jours que je m’attends à la survenue de mes règles. J’ai une humeur de merde et des envies suicidaires. Je vais appeler ma trans-sœur pour savoir comment elle fait quand ça lui arrive…

Après plusieurs accouchements, j’ai des fuites urinaires. Ben ouais, le périnée ça n’existe que dans les contes de fée. Le mien je n’en ai entendu parler que très tardivement. Vu que la santé des femmes tout le monde s’en fout ! Du coup, au niveau de mes viscères, la gravité se fait bien sentir. Avant d’aller défier quelqu’un à just dance, sur une seule chanson, je dois aller pisser les 4 gouttes que je risque de lâcher au moindre petit saut. Je me demande comment le vivent mes trans-sœurs.

Cet été, mes filles n’ont pas pu aller se baigner. Attaque de règles synchronisée. J’en avait même une au bord de l’évanouissement. On devait partir et puis finalement, il a fallu attendre qu’elles finissent de gérer les débordements. On a perdu 30 minutes ce jour-là. Mon fils était présent aussi, il avait hâte d’aller se plonger dans l’eau. Il patientait en jouant dans son téléphone, complètement ignorant de ce que vivaient ses sœurs. Si un jour il décide de transitionner, on ne sait jamais compte tenu de la puissance de l’idéologie TRA, qu’il choisisse de s’offrir un parfum « pour femme » et hop on sort l’artillerie ! Erreur d’assignation de genre à la naissance, thérapie hormonale et chirurgie de réattribution sexuelle et que ça saute. Mais même s’il faisait tout ça, jamais je ne le considèrerais comme une femme, une femme trans à la rigueur, je peux même faire l’effort de l’appeler Emilie et de lui donner du « elle », mais ça s’arrête là !

J’ai l’impression de vivre le conte des habits neufs de l’empereur où cet idiot d’empereur se balade à poil. Et tout le monde entre en pamoison devant ce spectacle ridicule. Écoutez plutôt :

Un empereur se balade le cul à l’air en disant qu’il est trop bien habillé et tout le monde le trouve magnifique paré de ces étoffes fantastiques.

Un homme se balade en robe en disant qu’il est une vraie femme et tout le monde lui dit qu’il est une femme magnifique. 

Vous avez saisi le parallèle ? Autant le conte sur l’empereur me faisait marrer, le second est bien moins drôle. 

D’ailleurs, ça me rappelle une autre histoire, celle de l’herbe bleue qui raconte une discussion entre un âne et un tigre. L’âne soutient que l’herbe est bleue et le tigre qu’elle est verte. Ils se disputent, chacun campant sur ses positions. Pour se départager ils vont voir le lion qui dit que l’herbe est bien bleue et qui décide de punir le tigre. L’âne, satisfait, s’en va. Le tigre, quant à lui, accepte sa punition mais demande quand même à en parler avec le lion. Quand le tigre affirme qu’il voit l’herbe verte, le lion lui répond que oui, en effet, l’herbe est bien verte. S’il a puni le tigre c’est uniquement parce qu’un animal de son intelligence ne devrait jamais s’abaisser à débattre avec un âne sur un sujet aussi idiot que la couleur de l’herbe. J’entends déjà les voix qui me traitent de dalto-phobe (vous savez, la haine des daltoniens…).

Le problème c’est que nos dirigeants sont plus proches des ânes que des lions. Sans vouloir être méchante avec les ânes. Alors tout le monde se plie à l’idéologie TRA et on assiste à l’effacement des femmes pour être TRA-idéologiquement correct. 

Mais comme je pense que personne ne peut réellement être aussi bite, il y a quelque chose que si cache derrière tout ça. Le but du jeu c’est forcément de faire fermer leur gueule aux femmes et parmi elles, les plus gueulardes. J’ai nommé les lesbiennes.

Alors non, l’empereur n’est pas habillé, l’herbe n’est pas bleue et les trans ne sont pas des femmes. Mes gosses sont capables de le comprendre, pourquoi pas vous ????

Les trans ne seront jamais lesbiennes, désolée de vous faire chier avec des arguments aussi enfantins mais je l’ai dit au début il faut bien que je me mette à la hauteur du débat. Des trans qui se disent lesbiennes sont des hommes qui fantasment sur des femmes qu’ils ne pourront jamais « avoir » car les lesbiennes sont des femmes homosexuelles, donc attirées uniquement par le même SEXE. Et ce n’est pas les aider que de les soutenir dans leur délire, ça les maintient dans une illusion. Il faut qu’ils apprennent la frustration, normalement ils auraient dû faire ça pendant l’enfance mais bon, que veux tu ? NON, Ils ne peuvent pas « avoir » tout ce qu’ils veulent, c’est comme ça. Et leurs arguments bancals n’y changeront rien. Même en faisant un caprice, je ne voudrais jamais de l’un d’eux dans mon pieu. Mais comme ils arrivent tout de même à retourner le cerveau de jeunes lesbiennes influençables, il me semble nécessaire de nommer les choses. 

Si un trans essaie de forcer une lesbienne à avoir des relations avec lui, ça s’appelle du harcèlement sexuel. Si un trans oblige une lesbienne à coucher avec lui ça s’appelle un viol. Ce n’est pas de la transphobie. Je n’ai personnellement rien contre les trans, tant qu’ils n’empiètent pas sur les droits des femmes. Et choisir avec qui elle couche est l’un des plus naturels des droits d’une femme.

Le transactivisme c’est de l’extrémisme, purement et simplement. Le discours dissonant n’est pas toléré et sévèrement puni. Pour preuve, je dois écrire des vérités aussi simples en prenant un pseudo. Ben ouais, j’ai pas envie de recevoir des menaces de viol/bûcher et autres atrocités dans l’indifférence la plus totale avec les soutien de certaines féministes. 

Voilà, j’en ai fini pour le moment. Pour celles qui ont réussi à bien me suivre, je me ferais un plaisir, un de ces jours, de vous expliquer comment les TRA retournent les arguments féministes contre les femmes à leur profit. Je ne fais pas de hautes études sur les questions de genre alors ne vous attendez pas à de la grande littérature, je me contente d’énoncer des faits et en tirer des conclusions. A vous de voir ce que vous en faites.

Seshat.















Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :