« Les Jeux olympiques vont supprimer les règles relatives à la suppression de la testostérone pour les hommes trans-identifiés »

Traduction principalement DeepL de cet article: https://4w.pub/olympics-to-scrap-rules/

De nouvelles directives du Comité international olympique ont suggéré que les hommes trans-identifiés qui souhaitent concourir dans des sports féminins ne devraient pas avoir à réduire leur taux de testostérone.

Les nouvelles politiques du CIO remplacent les directives de 2015, et vont jusqu’à affirmer qu’il ne devrait y avoir « aucune présomption » que les hommes trans-identifiés ont un avantage automatique sur les femmes biologiques – une affirmation qui renverse les positions précédentes du CIO.

Selon le document, « jusqu’à preuve du contraire, les athlètes ne devraient pas être considérés comme ayant un avantage compétitif injuste ou disproportionné en raison de leurs variations de sexe, de leur apparence physique ou de leur statut transgenre. »

Dans les directives précédentes, le CIO avait indiqué que les hommes trans-identifiés devaient supprimer leur taux de testostérone pour le ramener à moins de 10 n/mol par litre pendant au moins 12 mois pour pouvoir concourir. Bien que ces directives ne soient pas juridiquement contraignantes et qu’il appartienne en fin de compte à chaque organisme sportif de déterminer ses propres règles, le CIO n’encourage plus la suppression de la testostérone.

En 2020, le British Journal of Sports Medicine a publié les résultats d’une étude qui a révélé que les athlètes masculins trans-identifiés conservaient un avantage compétitif de 12 % jusqu’à deux ans après avoir commencé l’hormonothérapie – et a suggéré que les règles du CIO étaient déjà trop indulgentes.

L’étude indique que « plus de 12 mois de suppression de la testostérone peuvent être nécessaires pour s’assurer que les femmes transgenres ne bénéficient pas d’un avantage compétitif injuste lorsqu’elles participent à des compétitions sportives de haut niveau ».

Malgré cela, le CIO a apparemment conclu que l’hypothèse d’un avantage compétitif biologique masculin sur les femmes n’est effectivement « pas vérifiée. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :