Un étudiant « non binaire » qui fantasmait de violence contre les femmes est maintenant employé par une organisation caritative LGBT financée par le gouvernement [britannique]

Traduction principalement DeepL de cet article: https://4w.pub/non-binary-student-who-made-sexual-threats-now-employed-at-gov-funded-lgbt-charity/

En juillet, un étudiant en maîtrise à la London School of Economics (LSE) a fait la une des journaux après avoir évoqué, lors d’un cours, des fantasmes très violents et sexualisés à l’encontre de militantes féministes.

Mat A. Thompson, de Londres, en Angleterre, a attiré l’attention du monde entier après que des extraits de son article ont été divulgués. L’article avait été initialement rédigé dans le cadre d’un cours intitulé « Transnational Sexual Politics » (« Politiques Sexuelles Transnationales ») du département d’études de genre de la LSE. Le séminaire auquel Thompson a participé s’intitulait « No Time, No TERFs, No Norms » (« Pas de temps, pas de TERFs, pas de Normes »)

« TERF » est un acronyme signifiant « trans exclusionary radical feminist » (féministe radicale trans-exclusive), c’est-à-dire des féministes qui pensent que les hommes ne peuvent pas être des femmes. Comme il est souvent accompagné de menaces de violence ou d’abus de la part de militants trans, « TERF » est considéré comme une injure par certaines féministes.

L’article de Thompson, intitulé « Trans-Endemics : Embodying Viral and Monstrous Threat in Times of Pandemic » (« Trans-Endémique : Incarner une Menace Virale et Monstrueuse en Temps de Pandémie »), a été présenté une première fois en avril 2021, puis une seconde fois en tant que conférence lors d’une conférence en juin au sein du département des études de genre. Dans ce document, Thompson déclare :

    Si les TERFs pensent que les trans* sont une menace endémique pour le féminisme, laissez-nous être la menace pour le féminisme.

    Dites-moi, que trouvez-vous menaçant ? La police ? Les hommes ? Moi ? Quand vous me voyez marcher dans la rue avec mes longs cheveux blonds, mes bottes de combat à talons et mon maquillage à tomber par terre, avez-vous peur ? Vous devriez l’être.

    Suis-je une menace pour vous ? Est-ce que j’ai des frissons dans le dos ?

    Imaginez ça : Je tiens un couteau sous ta gorge et je crache ma transidentité dans ton oreille. Est-ce que ça t’excite ? Tu as peur ? J’espère bien que oui.

L’article valait prétendument 30 % de la note de Thompson, et était destiné à sa maîtrise en études sur le genre et la sexualité.

Alors que Thompson a fini par se désintéresser de la question et a supprimé ses réseaux sociaux après l’énorme réaction des groupes féministes, de nouveaux développements montrent qu’il est maintenant employé par une organisation caritative LGBT financée par le gouvernement en tant que « défenseur des crimes de haine transphobes ».

Selon le site LinkedIn de Thompson, il a commencé à travailler à Galop en octobre de cette année, à temps plein.

Galop se présente comme « l’organisation caritative britannique de lutte contre les abus envers les LGBT+ » et déclare « travailler avec et pour les victimes et survivants LGBT+ d’abus et de violences interpersonnels ».

Selon son dernier rapport annuel, les principales sources de financement de Galop sont les mairies de Londres, le bureau du maire pour la police et la criminalité, et le ministère de l’Intérieur.

Selon le site CharityJob.co.uk, le poste qu’occupe actuellement M. Thompson a été publié en août, avec un contrat jusqu’en 2023, pour un salaire de 29 705 à 33 291 £ par an (environ 35 000 à 39 600€). Le rôle de l’emploi consiste à « [travailler] directement avec les personnes transgenres confrontées à des crimes de haine, en offrant aux clients un espace pour parler et réfléchir aux options, en les aidant à planifier ce qu’ils veulent faire, et en offrant une assistance pour obtenir ce dont ils ont besoin auprès des autorités. »

Dans d’autres documents, Galop a énuméré « se faire poser des questions bouleversantes » et « deadnaming » (le fait d’appeler une personne trans par son nom de naissance) parmi les « crimes de haine » auxquels les personnes trans sont le plus souvent confrontées.

4W a contacté Galop pour demander des commentaires sur l’emploi de Thompson chez eux, et mettra à jour cet article s’ils répondent à notre demande.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :