Le temps est-il venu d’un mouvement 4B en Occident ?

Traduction principalement DeepL de cet article: https://4w.pub/4b-movement-west/

Le mouvement « 4 Non » : ne pas sortir avec des hommes, ne pas avoir de relations sexuelles avec des hommes, ne pas se marier avec des hommes et ne pas avoir d’enfants pour des hommes.

Les féministes radicales sud-coréennes ont mis le feu aux poudres ces dernières années, avec des mouvements tels que « Enlève le Corset », qui les voit rejeter en masse les cosmétiques et les normes de beauté strictes de la Corée du Sud, organiser des manifestations massives contre la dépravation du voyeurisme masculin via des webcams cachées dans les salles de bain et les chambres d’hôtel, et créer leurs propres espaces réservés aux femmes en ligne et dans le monde réel.

Mais l’un des mouvements les plus radicaux et a priori sévère à émerger de Corée du Sud est le mouvement 4B ou « 4 Non » : ne pas sortir avec des hommes, ne pas avoir de relations sexuelles avec des hommes, ne pas se marier avec des hommes et ne pas avoir d’enfants pour des hommes. Il s’agit essentiellement de décider de retirer les hommes de leur vie, du moins au sens romantique du terme. « Vous et vos frères patriarcaux allez nous traiter comme de la merde et continuer à nous opprimer ? » semble dire le mouvement. « Bien. Alors la chatte est complètement hors limites. Amusez-vous bien à vous branler dans cette vieille chaussette croustillante. »

Ce n’est pas la première fois que les femmes se regroupent pour émettre un interdit sexuel. On pense à la comédie grecque Lysistrata d’Aristophane, qui est probablement l’un des premiers exemples littéraires de femmes qui « retiennent » le sexe pour persuader les hommes de changer de comportement. Plus récemment, en 2003, pendant la deuxième guerre civile au Liberia, l’Action de masse des femmes du Liberia pour la paix a encouragé ses membres à cesser d’avoir des relations sexuelles avec leurs partenaires masculins afin de mettre fin aux combats. (Et cela a fonctionné ! En quelques mois, les deux parties belligérantes se sont engagées dans des pourparlers de paix).

Cependant, rien ou presque ne prouve que ce mouvement a amené les hommes sud-coréens à changer leur comportement. En fait, la haine du mouvement féministe ne semble que s’intensifier, avec des hommes qui ont fait une crise en ligne à propos de l’émoji « pinching-gesture » utilisé par les féministes radicales pour indiquer, disons, que les hommes anti-féministes ont quelques manques.

Mais amener les hommes à changer leur comportement envers les femmes n’est qu’un des résultats positifs potentiels du mouvement 4B. Même s’ils ne le font pas, cela conduit les femmes à se couper des personnes les plus susceptibles de leur nuire ; cela signifie que les femmes se centrent sur elles-mêmes et sur les autres femmes de leur vie plutôt que sur les hommes, qui exigent trop souvent (explicitement ou implicitement) que les femmes répondent à leurs besoins et à leurs désirs. Ainsi, pour les femmes à qui l’on a appris que se marier et avoir des enfants devait être leur objectif numéro un dans la vie, l’accomplissement ultime du rôle qui leur est assigné, dire non à cela, vocalement et en grand nombre, est l’une des choses les plus radicales que les féministes puissent faire.

Le moment est-il venu pour les femmes occidentales de suivre leur exemple ?

C’est peut-être déjà le cas. Les taux de natalité en Amérique du Nord et en Europe ont baissé, imitant des tendances similaires dans les pays asiatiques, notamment en Corée du Sud. Les applications de rencontre les plus populaires sont fortement axées sur les hommes, ce qui montre que les femmes ne se bousculent pas pour sortir avec des hommes. Les femmes sont plus enclines à rechercher un diplôme universitaire et/ou une carrière bien rémunérée qu’une alliance. Et, malgré le mouvement de positivité sexuelle vanté par les féministes libérales, les millennials et les gen-Z sont deux des générations de l’histoire récente qui ont le moins de rapports sexuels.

Alors, bien qu’il n’y ait pas de mouvement officiel en Occident pour le moment, ces chiffres semblent indiquer une tendance croissante des femmes à examiner attentivement ce que les hommes ont à offrir et à se retirer.

Pourtant, en dehors du mouvement féministe radical, la société occidentale semble toujours attendre des femmes qu’elles suivent le scénario de vie prescrit « se marier, avoir des enfants ». Si rester célibataire et sans enfant n’est pas exactement découragé, se marier avec un homme et avoir ses enfants est toujours activement encouragé. Les annonces de fiançailles et de grossesses sont accueillies avec joie et enthousiasme plutôt qu’avec horreur et dégoût. (« Tu te maries avec un homme ? Ugh, pourquoi ? »)

Si les femmes des jeunes générations ne se marient pas en aussi grand nombre que celles des générations précédentes, il existe toujours une pression pour devenir la « petite amie pour toujours » d’un homme et trouver un partenaire quelconque. Les femmes sont encore conditionnées dès l’enfance à répondre aux attentes et aux besoins des hommes. Et, plus récemment, les articles sur la chute des taux de natalité se sont succédés (inévitablement écrits par des hommes). Très peu d’articles en dehors des espaces féministes ont été écrits pour souligner que la baisse des taux de natalité signifie que les femmes ont plus d’autonomie. Ce qui est censé être une bonne chose dans nos sociétés « égalitaires », n’est-ce pas ?

Mais depuis longtemps maintenant, et surtout ces dernières années, les fissures de notre société « égalitaire » ont commencé à apparaître. Si l’Occident a fait des progrès en matière de droits et d’opportunités pour les femmes, cela ne sert qu’à masquer la misogynie rampante qui couve sous la surface. Les droits des femmes à l’autonomie corporelle sont une fois de plus menacés aux États-Unis, à cause de l’adoption de la loi restrictive sur l’avortement au Texas. Le mouvement de l’identité de genre a contribué à l’effacement général des femmes et de leurs voix, les femmes critiques de genre et les féministes radicales sont diabolisées et déprogrammées quand elles font entendre leur voix. Malgré tous les discours sur « l’égalité des sexes » en Occident, la structure du pouvoir est toujours fortement masculine et il est de plus en plus difficile de l’ignorer. Alors où cela nous mène-t-il ?

Afin de mettre en place un changement radical, une action radicale est nécessaire. Et cela signifie qu’il faut faire face à la dure réalité : les femmes ne seront jamais libérées si nous n’arrêtons pas d’aider nos oppresseurs. Et c’est difficile parce que nos vies sont si étroitement liées aux leurs. Pour de nombreuses femmes, les hommes sont les personnes par lesquelles elles sont attirées et vers lesquelles elles ont des penchants romantiques. Ce sont les personnes avec lesquelles elles fondent une famille.

Mais ce sont aussi les personnes qui abusent de nous. Ce sont les personnes qui nous violent, nous assassinent, nous torturent, nous rabaissent, nous avilissent, nous dégradent, nous objectivent et nous harcèlent. Ce sont les personnes qui se masturbent devant la souffrance des femmes, qui encouragent la destruction de nos droits. Cela vaut-il vraiment la peine de trier ce tas de détritus humains pour trouver les personnes dites « décentes » ? Ceux qui ne frappent ni ne giflent, mais qui se branlent quand même sur du porno parce qu’ils en ont « besoin » ? Ceux qui soutiennent vaguement « l’égalité des droits » mais qui ne lèveront jamais le petit doigt pour aider les femmes dans leur combat pour la libération ? En fin de compte, avons-nous vraiment besoin de ces clowns ?

Il est possible qu’un mouvement de résistance massif comme le mouvement 4B entraîne une augmentation de la violence des hommes à l’égard des femmes. Mais quelle est l’alternative ? Espérer que si nous sommes assez gentilles, que si nous disons « s’il te plaît » lorsque nous demandons que nos droits ne soient pas retirés, nous ne serons pas blessées ? Cela ressemble beaucoup à ce que l’on dit aux femmes mariées à des maris violents. « Ne faites rien qui puisse le mettre en colère, ne le provoquez pas et il n’aura aucune raison de vous frapper. » Est-ce là le genre de monde dans lequel nous voulons vraiment vivre ? Voulons-nous vraiment maintenir le statu quo juste parce que nous avons peur que les hommes deviennent encore plus violents envers nous ? Ils le sont déjà. Et le fait de les laisser entrer dans nos vies et dans nos espaces ne fait que leur donner plus d’occasions de nous nuire.

Je pense donc qu’il est temps de dire non. Fermement et sans équivoque. Non, je ne vais pas sortir avec un membre de la classe oppresseur. Je ne vais pas l’épouser. Je ne vais pas porter ses enfants et offrir encore plus de victimes à une société où un sexe est traité comme une classe inférieure par l’autre. Non, je ne le ferai pas. Et je ne le ferai pas tant que chaque femme et chaque fille sur cette planète n’aura pas été libérée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :