En Souvenir de Stormé: La Lesbienne Noire ‘Butch’ qui a lancé la Révolution de Stonewall

Traduction principalement DeepL de cet article

« Mettons les choses au clair : c’est une lesbienne qui a déclenché l’émeute de Stonewall. »

Une histoire de la Pride

par Julia Diana Ghassan Robertson, qui écrit également pour le Huffington Post

Elle a été coupée du film, l’histoire a comme d’habitude été réécrite par les hommes, mais remettons les pendules à l’heure (sans jeu de mots) : c’est une lesbienne ‘butch’ qui a déclenché la première émeute de Stonewall à 1h20 du matin le 28 juin 1969. Cette nuit-là, une courageuse femme racisée, Stormé DeLarverie, a été frappée à la tête avec une matraque et menottée. Elle saignait de la tête lorsqu’elle s’est effrontément tournée vers la foule et a crié : « POURQUOI NE FAITES-VOUS PAS QUELQUE CHOSE ! »?

Après une longue lutte, Stormé a été traînée dans un fourgon de police et c’est alors que la scène a explosé. Cette nuit d’été, une révolution a commencé et c’est une femme racisée forte et ‘butch’ qui aurait donné le premier coup de poing. Exactement un an plus tard, le 28 juin 1970, a lieu la première parade de la Fierté. Il s’agissait davantage d’une manifestation politique en réponse à ce qui s’était passé à Stonewall.

« Un an après les émeutes de Stonewall, qui ont galvanisé les gays et les lesbiennes de New York, craintifs, à se battre, une poignée d’entre nous a planifié notre première marche. Nous n’avions aucune idée de ce qu’elle allait donner. Nous n’étions même pas certains d’obtenir un permis. Et pourtant, nous étions là, le 28 juin 1970, avec des gens rassemblés à l’ouest de la Sixième Avenue, à Waverly Place. » – Fred Sargeant, The Village Voice

Le Stonewall Inn [nom du bar gay et lesbien] était détenu et géré par la Mafia. Ils vérifiaient par un judas avant d’entrer, et si vous n’étiez pas gay, vous n’entriez pas dans le club. Quand les officiers de police faisaient irruption, ça signifiait des problèmes. À l’époque, le travestissement était illégal et vous pouviez être arrêté si vous ne portiez pas un certain nombre de vêtements « adaptés à votre sexe ».

Stormé DeLarverie, née d’une mère afro-américaine et d’un père blanc dans les années 1920, s’est produite en tant que drag king et a fait partie des lesbiennes « butch » qui se sont battues contre la police le soir des émeutes. Lorsque Stormé a donné le tout premier coup de poing cette nuit-là, c’était en état de légitime défense. « Le policier m’a frappé, et je l’ai frappé en retour », a raconté Stormé.

« Le nom de Stormé DeLarverie ne vous dit peut-être rien, mais il devrait. Certains l’ont surnommée ‘la Rosa Parks de la communauté gay’. « AfterEllen

Stormé DeLarverie n’a jamais cherché à s’attribuer le mérite d’avoir déclenché un mouvement historique. Mais beaucoup se souviennent de son appel aux armes – et des mots puissants qu’elle a criés de toutes ses forces et qui ont déclenché les émeutes de Stonewall.

« Cette nuit-là, les gays, les lesbiennes, les drag queens et les drag kings qui traînaient là ont décidé de se défendre. » -Washington Post

Stormé DeLarverie a servi la communauté lesbienne pendant des décennies en tant que patrouilleuse de rue bénévole. Elle patrouillait dans les bars lesbiens pour assurer la sécurité de celles qu’elle appelait affectueusement ses « baby girls ». Elle était androgyne, grande, brune, belle et légalement armée. Elle a fait tout cela jusqu’à l’âge de 80 ans et plus, prenant sa retraite au début des années 2000. En 2017, il reste moins d’une poignée de bars lesbiens aux États-Unis. Le dernier bar lesbien de San Francisco, le Lexington Club, a fermé ses portes en 2015. On se souvient de Stormé comme d’une « super-héroïne gay » – une protectrice intrépide des espaces lesbiens qui ont pratiquement disparu.

Stormé DeLarverie est morte dans son sommeil à Brooklyn le 24 mai 2014.

Julia Diana Robertson est l’autrice du roman récemment publié Beyond the Screen Door. Vous pouvez la trouver (ainsi que ses œuvres de fiction) à l’adresse www.juliadianarobertson.com


« Ce n’était pas une foutue émeute ! » : En souvenir de Stormé DeLarverie et de Stonewall

Traduction principalement DeepL d’un deuxième article au sujet de Stormé DeLarverie

Stormé DeLarverie est l’une des plus importantes militantes lesbiennes de la seconde moitié du XXe siècle. Non seulement elle a avoué avoir donné le premier coup de poing de la rébellion de Stonewall – qui visait un policier – mais elle était videuse et s’est portée volontaire pour patrouiller dans les rues gays et lesbiennes, pour s’occuper de ses « baby girls ». Elle a fait ce travail jusqu’à ses 80 ans. Cependant, Stormé a passé les dernières années de sa vie seule dans une maison de retraite, avec peu de visiteurs. Elle est décédée en 2014.

La contestation de Stonewall

David Carter, auteur de Stonewall : The Riots That Sparked the Gay Revolution – qui a soi-disant effectué des « recherches approfondies » sur le sujet – « n’a jamais trouvé de preuves permettant d’affirmer que Stormé DeLarverie a participé à cet événement. » Cependant, Stormé a effectivement parlé de sa participation. « C’était une rébellion, un soulèvement, une désobéissance aux droits civils – ce n’était pas une foutue émeute », a-t-elle déclaré.

Le récit qui exclut Stormé de l’événement qui a eu lieu à 1h20 du matin le 28 juin 1969 relève de la misogynie, de la lesbophobie et du racisme. J’aime mes camarades gays, mais l’héroïne lesbienne noire n’est pas un récit populaire ou agréable au sein de la communauté arc-en-ciel. De nombreuses lesbiennes ne souhaitent pas faire de vagues et n’affirment pas leur place dans l’histoire officielle des droits des homosexuels, car elles ne veulent pas être ostracisées pour cela.

Des lesbiennes blanches comme Edie Windsor, qui était une lesbienne héroïque à part entière, sont mortes au milieu d’un chagrin généralisé. Edie, « dont l’affaire historique a permis à la Cour suprême d’accorder aux couples mariés de même sexe [aux États-Unis] la reconnaissance fédérale pour la première fois et le droit à une foule d’avantages fédéraux », selon le New York Times, est décédée seulement trois ans après Stormé. Je ne me souviens pas avoir entendu parler de la mort de Stormé. Je me souviens avoir entendu parler de celle d’Edie.

Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation de David Carter selon laquelle les « émeutes de Stonewall ont déclenché la révolution gay ». Une révolution se produit après une longue tension entre l’oppresseur et l’opprimé. Le mouvement pour les droits des homosexuels dans la seconde moitié du vingtième siècle ne fait pas exception. C’est une chose de prétendre que la rébellion de Stonewall nous a « donné » les droits des homosexuels, mais c’est encore pire en excluant Stormé DeLarverie du récit. C’est symptomatique d’un problème plus large : minimiser le travail des femmes, en particulier des lesbiennes, et surtout des lesbiennes de couleur.

Stonewall n’était pas le début

Il est impossible de déterminer avec précision quand le travail en faveur des droits des homosexuels a commencé, mais ce n’est pas avec Stonewall. Avant la Seconde Guerre mondiale, des lesbiennes modernistes ont quitté leur ville natale pour faire partie de communautés florissantes dans des villes en quête de liberté comme Paris. Des lesbiennes comme Radclyffe Hall, qui a écrit The Well of Loneliness (1928), ont inspiré un réseau croissant de lesbiennes « out » qui pouvaient se retrouver de manière clandestine.

Les nazis ont cherché à détruire les communautés lesbiennes et à nous détenir dans des camps de concentration. Beaucoup d’entre nous ont été violées et tuées. Comme aujourd’hui, nos bars et nos lieux de rencontre ont été réduits à une quasi-inexistence. Bien sûr, cela a fait peur aux lesbiennes du monde entier, mais une fois que le monde s’est lassé des persécutions paranoïaques et maccarthystes, les lesbiennes se sont reconstruites de diverses manières.

Les Daughters of Bilitis (DOB), fondées en 1955, au milieu des chasses aux sorcières du maccarthysme et du harcèlement policier, ont été lancées par le couple de lesbiennes Phyllis Lyon et Del Martin, qui souhaitaient se faire des amies lesbiennes. Ils ont organisé des bals – qui étaient illégaux entre membres du même sexe – et ont encouragé des conversations sur le lesbianisme auxquelles toutes les femmes pouvaient participer. Le DOB a créé le premier périodique lesbien à être distribué à l’échelle nationale aux États-Unis : The Ladder.

Faites quelque chose !

L’idée que Stonewall a déclenché à elle seule une révolution gay, ou qu’Edie Windsor aurait pu accomplir ce qu’elle a fait (avec d’autres) sans les efforts passés de la résistance gay et lesbienne – y compris le travail ASTRONOMIQUE des lesbiennes racisées – est très malavisée. Cela dit, nous devons nous souvenir de la rébellion de Stonewall. Nous devons nous en souvenir sans déformer le récit pour l’adapter à un ordre du jour biaisé.

Si quelqu’un est à l’origine de la rébellion de Stonewall, c’est bien Stormé DeLarverie. Julia Robertson écrit pour le Huffington Post : « Stormé DeLarverie a été frappée à la tête avec une matraque [par la police] et menottée. Elle saignait de la tête lorsqu’elle s’est effrontément tournée vers la foule en braillant « POURQUOI NE FAITES-VOUS PAS QUELQUE CHOSE ? » ».

Stormé a déclaré avoir donné le premier coup de poing. « Le policier m’a frappée, et je l’ai frappé en retour », a-t-elle déclaré. Si Stormé n’a pas cherché à être canonisée pour avoir incité à elle seule la rébellion de Stonewall, ses contributions sont généralement ignorées ou reléguées à la fin de la liste. Alors que l’on considère comme un fait canonique le fait que d’autres personnes aient déclaré elles-mêmes leur participation – ou celle d’autres personnes – à Stonewall, la confession de Stormé est considérée comme un ouï-dire.

Stormé « s’est rarement attardée sur ses actions cette nuit-là », selon le New York Times, peut-être parce que son travail de militante ne s’est pas arrêté là. Elle était « grande, androgyne et armée – elle détenait un permis de port d’arme de l’État – et elle a parcouru le bas de la Septième et de la Huitième Avenue et d’autres points intermédiaires jusqu’à l’âge de 80 ans, patrouillant sur les trottoirs et s’enregistrant dans les bars lesbiens ». Elle ne manquait pas d’assurance quant à ses contributions. Elle n’avait rien à prouver.

Stormé ne voulait pas ou n’avait pas besoin de la célébrité. Elle mettait son corps en jeu, s’exposant à la « laideur » – harcèlement ou abus de ses « baby girls » – y compris de la part de la police. Elle était dure. « Je peux repérer la laideur en une minute », a-t-elle déclaré en 2009, pour le projet de journalisme NYC in Focus de l’université Columbia. « Aucune personne qui me connaît ne le fait autour de moi. Ils s’en vont, et c’est une bonne chose, car soit je décroche le téléphone, soit je vous coince. »

Les lesbiennes supportent une tonne de « laideur » aujourd’hui. La question est donc de savoir si vous allez « FAIRE QUELQUE CHOSE ».

2 commentaires sur « En Souvenir de Stormé: La Lesbienne Noire ‘Butch’ qui a lancé la Révolution de Stonewall »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :