C’est simple : Les femmes noires sont des femmes. Les hommes ne le sont pas.

Traduction principalement DeepL de cet article écrit par Jennifer Sieland

Je suis une femme noire.

Jusqu’à il y a un an, je n’avais pas réalisé à quel point mon identité était contestée. Pour moi, il s’agissait simplement d’une réalité matérielle – des expériences codées dans mon existence même, des expériences qui influençaient de manière inhérente la manière dont je percevais les autres et dont ils me percevaient.

Mais, ignorant complètement la guerre culturelle qui se déroulait et dans laquelle mon identité est utilisée comme levier, j’ai traîné dans des cercles qui m’ont fait comprendre que j’avais un devoir non-dit de m’allier avec un certain groupe de personnes – les trans. Les hommes trans-identifiés, plus précisément.

En conséquence, j’ai joyeusement engueulé toute femme désignée comme « transphobe » avec le mantra obligatoire « LES FEMMES TRANS SONT DES FEMMES ! » Pourquoi ne l’aurais-je pas fait ? C’était la chose progressiste et empathique à faire. Contrairement à ces TERF – ces affreuses – j’étais du « bon côté de l’histoire ».

Et puis, j’ai vraiment échangé avec ce qui était censé être le « mauvais côté », et j’ai réalisé par la suite que le mauvais côté n’était pas réellement mauvais.

Depuis que j’ai pris conscience de la réalité matérielle immuable du sexe, et tout aussi consciente des conséquences de l’ignorance de cette réalité, j’ai rencontré un assortiment fou et frustrant de justifications visant à brouiller ce fait crucual et à rejeter les implications de faire de « femme » un terme générique sous lequel n’importe qui peut simplement s’identifier. Mais aucune de ces justifications n’est plus scandaleuse et nuisible que celles qui tentent d’affirmer que les hommes peuvent être des femmes parce que les femmes noires sont des femmes.

Un excellent exemple de cet argument est tiré d’une discussion sur BBC2, mais des centaines d’autres ont été recensés par les féministes sur les réseaux sociaux.

Traduction du deuxième tweet –> Maintenant voici des extraits de Evie: « Ce que les gens essaient de faire est de nous dépeindre en prédateurs » « Souvenons-nous en, il était interdit pour une personne noire d’utiliser les mêmes toilettes qu’une personne blanche » « Est-ce qu’on veut vraiment être du mauvais côté de l’histoire encore une fois? »

Le sentiment d’Evie est loin d’être isolé. Sur les réseaux sociaux, les activistes transgenres laissent entendre que les femmes trans sont tout autant femmes que les femmes noires, brunes, handicapées, voire simplement masculines ou non conformes au genre.

Souvent, ces arguments sont suivis d’un appel à l’oppression historique des femmes noires à l’époque de la ségrégation. Comme si, parce que nous étions autrefois séparées des femmes blanches, il était impensable que nous ayons encore besoin d’une ségrégation sexuée vis-à-vis des hommes. Bien entendu, l’argument ne porte jamais sur les « hommes », mais plutôt sur cette sous-catégorie magique de la définition générale de la femme.

Dans cette logique, les femmes noires deviennent une sous-catégorie des femmes blanches, exclues uniquement parce qu’elles n’étaient pas considérées comme de vraies femmes, et – pouf ! – les soit-disant femmes trans peuvent devenir une sous-catégorie de femmes, elles aussi ! Et elles sont exclues uniquement parce qu’elles sont considérées comme n’étant pas de vraies femmes.

La tactique est brillante… après tout, si l’on réussit à obscurcir le sens du mot « femme », sur quelle base peut-on exclure une femme, même ceux qui ne le sont pas mais qui s’identifient comme telles ? Mais malgré toute l’ingéniosité de ce concept, je m’insurge – non seulement pour moi en tant que femme noire – mais aussi pour toute autre femme qui est maintenant classée dans une sous-catégorie de femmes (c’est-à-dire « femme noire », « femme handicapée », etc.) afin que les hommes puissent se faufiler dans une sous-catégorie similaire.

Ni « femme » ni « homme », ni « fille » ni « garçon » ne sont des genres. De la même manière qu’une « jument » est une cheval femelle et qu’un « étalon » est un cheval mâle, « femme », « homme », « garçon » et « fille » sont des mots désignant des êtres humains sexués, et non des identités.

Les femmes noires, brunes et handicapées ne sont pas des types ou des catégories de femmes, des femmes inférieures ou des sous-catégories de femmes blanches. En tant que femmes, elles sont strictement des femmes, qu’elles marchent ou non, qu’elles souffrent d’affections utérines ou ovariennes particulières ou qu’elles aient plus de mélanine que leurs homologues blanches.

Une femme handicapée qui n’aime pas ou ne porte pas de robes reste une femme. Une Latina brune qui serait une doublure idéale de la Terri Griffith de Joyce Hyser dans Just One of the Guys de 1985 est toujours une femme. Une femme noire qui ne cuisine pas ou ne nettoie pas particulièrement bien est – oui, vous l’avez deviné – une femme !

Malheureusement, cet argument selon lequel les femmes noires s’écartent de la catégorie au point de devenir une sous-catégorie distincte prend forme avec l’utilisation d’une autre salade logique malheureuse : « Le sexe est une construction coloniale. Avant l’arrivée de l’homme blanc, les sociétés africaines n’avaient aucune notion du sexe ou d’un ‘genre binaire' ». L’origine de cette supposée « binarité » est ensuite attribuée aux Européens, et tous les peuples non-blancs sont alors traités comme s’ils étaient moralement tenus d’élever et d’approuver les scribes de la nouvelle religion du genre.

Malgré les très réelles et nombreuses conséquences de son imposition dans nos vies, le genre en tant que tel n’est pas réel. Donc il n’y avait pas cette « notion de genre binaire ». Mais il y avait et il y a toujours une conscience du sexe. Les rôles de genre existaient dans les pays africains précoloniaux, comme ils existent aujourd’hui en Afrique et partout ailleurs, et sont basés sur la binarité du sexe. Ainsi, la « binarité du genre » dans ces pays reposait sur la conscience même du binaire du sexe par leurs résidents.

Selon les idéologues du genre, « le sexe n’est qu’une construction », et pourtant certaines pratiques existent et ont existé avant et sans le contact des colonisateurs avec les nations africaines – des pratiques qui sont étrangement cohérentes par rapport au sexe auquel elles s’attaquent. Ce que l’on appelle actuellement l’oppression « fondée sur le genre », comme les mutilations génitales féminines, l’infanticide féminin et le mariage des enfants, est en fait une oppression fondée sur le sexe, perpétrée uniquement en raison de la connaissance approfondie de ce qu’est une femme.

Il est certain que les personnes non conformes au genre existaient à l’époque, tout comme aujourd’hui. De plus, de nouvelles catégories sociales ont été créées et déployées afin d’accueillir ces personnes, comme les hijra du sous-continent indien, les muxes d’Oaxaca et les kathoeys de Thaïlande. Toute la logique derrière les « troisième genres » était que ces personnes n’appartenaient pas et ne pouvaient pas appartenir à une catégorie existante.

Les Africains ont toujours su qu’il existait une différence entre les sexes et, en fait, cette connaissance a servi de base à la binarité du « genre ». De nombreux Noirs africains et non-africains ont protesté contre l’affirmation (franchement merdique) selon laquelle les simples et nobles Africains ne savaient rien de plus et ne pouvaient pas comprendre les mécanismes de l’évolution humaine.

Il est non seulement incorrect mais aussi profondément raciste d’affirmer que, par exemple, les femmes noires et les femmes trans sont identiques ou même similaires. Cet argument, selon lequel les deux sont en quelque sorte des « sous-catégories » de femmes, repose sur l’hypothèse que les femmes noires s’écartent d’une manière ou d’une autre, même légèrement, d’au moins un des deux éléments fondamentaux du fait d’être femme : « humaine » et « femelle ».

Les hommes trans-identifiés sont, par définition, des hommes.

Les femmes noires sont, par définition, des femmes.

C’est simple.

Un avis sur « C’est simple : Les femmes noires sont des femmes. Les hommes ne le sont pas. »

  1. Incroyable qu’il faille le rappeler !
    Cependant, cet argument est utile : il montre la stupidité et l’ignorance du camp adverse, son racisme et son colonialisme.
    Evidemment que tous les peuples ont su ce qu’était la différence des sexes. L’engendrement est au fondement de toutes les sociétés et aucune n’a ignoré comment il avait lieu (mâle + femelle). Non seulement tous les humains, mais tous les animaux savent comment ça marche et même les plantes.
    La seule exception à l’intelligence universelle du vivant, ce sont les idéologues du genre 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :