Interview : Des féministes radicales espagnoles expliquent comment elles ont rassemblé 7000 femmes dans les rues de Madrid.

Traduction principalement DeepL de cet article: https://4w.pub/spanish-protest-thousands-interview/

Les organisatrices de la manifestation du 23 octobre soulignent l’importance d’une approche féministe plus large.

Des femmes de toute l’Espagne se sont rassemblées à Madrid le samedi 23 octobre pour protester contre la violence masculine, l’industrie du trafic sexuel, la grossesse pour autrui et les lois sur l’auto-identification sexuelle, notamment un projet de loi appelé Ley Trans (loi Trans), proposé par le ministère de l’égalité au nom de l’idéologie de l’identité de genre.

La manifestation, qui avait pour devise « La force des femmes est l’avenir de tous », ou « El Futuro de Todas », a débuté à midi sur la Plaza de Neptuno à Madrid. Elle a été organisée via les réseaux sociaux par La Fuerza de Las Mujeres, qui a annoncé la manifestation sur Twitter le 2 octobre avec un manifeste.

Ce document traite de l’oppression des femmes fondée sur le sexe et appelle à des réformes juridiques visant à abolir la prostitution et la pornographie et à abroger les lois qui facilitent l’industrie des mères porteuses. Il affirme également que des termes tels que « parent enceinte », « personne ayant ses règles », « femmes cis », « mère porteuse » et « travailleuses du sexe » sont une forme de « néolangage qui efface les femmes » et ne sont « pas tolérables dans une démocratie ». Selon le manifeste,

"Nous exigeons une législation globale pour l'abolition de la prostitution, qui doit être considérée juridiquement comme un viol rémunéré. Des accords internationaux doivent être établis pour persécuter et mettre fin aux réseaux de trafic de femmes à des fins d'exploitation sexuelle.

Nous décidons que, sachant que la pornographie est l'éducation des violeurs, elle doit être interdite. Nous ne resterons pas impassibles face à l'inaction du Gouvernement pour interdire l'exploitation reproductive des femmes et l'achat de bébés. Nous décidons également que personne ne doit légiférer sur l'auto-identification subjective : en agissant ainsi, les politiques publiques en faveur de l'égalité effective entre les femmes et les hommes perdent toute pertinence."

Le manifeste a été signé par plus de 170 organisations féministes à travers l’Espagne. Beaucoup de ces groupes utilisent les termes « abolition », une référence à l’abolition de l’industrie du sexe, ou « radfem », un raccourci pour « féministe radicale ». La liste des signataires témoigne de l’essor du mouvement abolitionniste et féministe radical dans le pays. Des groupes locaux ont organisé une manifestation similaire le 26 juin, lorsque des femmes de 19 villes du pays ont manifesté contre une proposition de loi sur l’auto-identification du sexe qui permettrait aux individus de changer leur sexe sur les documents officiels sans avoir besoin d’un rapport médical.

Au cours des deux manifestations d’octobre et de juin, les participants ont critiqué la ministre de l’égalité, Irene Montero, du parti Unidas Podemos, qu’ils accusent d’ignorer l’opposition féministe croissante à l’idéologie de l’identité de genre. Le ministère de l’égalité, sous la direction de Mme Montero, a rédigé la Ley Trans et fait campagne pour son adoption malgré les critiques constantes des organisations de défense des droits des femmes. Le projet de loi a été adopté par le gouvernement espagnol en juin, mais doit encore être approuvé par le Parlement.

Les militantes féministes affirment qu’en plus d’obscurcir les statistiques sur le sexe biologique et de supprimer les protections des femmes fondées sur le sexe, la proposition de loi, dans sa forme actuelle, autoriserait l’administration de médicaments appelés par euphémisme « bloqueurs de puberté » à des enfants qui pourraient n’avoir que 14 ans. En agissant ainsi, l’Espagne négligerait les preuves médicales qui montrent que l’arrêt du développement pubertaire peut entraîner une diminution de la densité osseuse et empêcher le développement complet du cerveau.

Les manifestants féministes ont également exprimé leur opposition à la proposition de loi LGTBI, appelée Ley Zerolo, qui criminalise le langage, y compris la défense de la définition de « femme », et pourrait potentiellement imposer des amendes allant jusqu’à 150 000 euros en cas de « mégenrage », ou d’identification exacte du sexe.

En octobre, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis de criminaliser la vente de femmes à des fins sexuelles dans le pays, affirmant que cette pratique « asservit les femmes ». Selon le Washington Post, l’Espagne s’est « fait un nom en tant que bordel de l’Europe » ; les revenus du commerce sexuel intérieur espagnol s’élèvent en moyenne à 26,5 milliards de dollars chaque année. L’Espagne est le troisième marché mondial pour le trafic sexuel, derrière la Thaïlande et Porto Rico, et une étude de l’université de Comillas a révélé qu’un homme espagnol sur cinq admet avoir « récemment » payé pour avoir des relations sexuelles. Un pourcentage écrasant des femmes victimes de la traite sont des migrantes, et l’industrie est largement non réglementée.


Interview de Lucia, Sonia et Maria, organisatrices bénévoles de la manifestation du 23 octobre.

Dana : Pourriez-vous me parler davantage de votre groupe ?

Lucia : La Fuerza de Las Mujeres (La Force Des Femmes) est née de femmes qui n’étaient pas satisfaites de la façon dont l’Espagne traitait l’égalité. Par exemple, cette semaine, nous avons eu deux viols, la semaine dernière une femme a été tuée ; beaucoup de femmes avaient le sentiment que le gouvernement n’en faisait pas assez. L’organisation a été créée en avril 2021 par des femmes à titre individuel et des femmes représentant des collectifs féministes. Nous sommes indépendantes des partis politiques et des syndicats, et nous sommes autofinancées par les femmes.

Dana : Quel était l’objectif du groupe ?

Sonia : L’objectif du groupe était juste une grande manifestation à Madrid. Mais maintenant, après ce qui s’est passé, nous avons pensé : « Ça ne peut pas se terminer comme ça. » Nous avons créé tellement de liens, pris contact avec tellement de femmes à travers l’Espagne, que nous réfléchissons aux prochaines étapes. Dans les semaines à venir, nous allons travailler à la définition de notre programme. En termes de chiffres, je pense que nous sommes environ 150 groupes de femmes et des milliers de femmes individuelles. Et il y a environ 110 organisatrices.

Dana : Wow. Est-ce difficile à gérer ?

Maria : D’un côté, oui, de l’autre – vous avez une force de travail ! Quand une femme ne peut pas faire quelque chose, il y en a d’autres qui peuvent prendre le relais.

Dana : Quelle est la raison principale qui a poussé tant de femmes en Espagne à s’unir ?

Sonia : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous devions nous unir. Ces derniers temps, en Espagne, bien que nos élites utilisent le mot « féminisme » dans leurs politiques, et qu’elles prétendent être de gauche, elles placent les femmes et les filles en dernier dans leur agenda.

Nous avons manifesté contre la violence sexuelle, le harcèlement sexuel, l’exploitation sexuelle, l’exploitation reproductive, les lois sur l’autodétermination des sexes, l’effacement du sexe en tant que catégorie juridique, la précarité de l’emploi, la féminisation de la pauvreté, l’écart salarial, etc. Mais je pense que la principale chose qui nous a reliées est que nous sommes oubliées. Nous continuons à subir des violences, et pourtant nous sommes au bas de la liste des priorités.

Maria : L’une des choses que ce gouvernement essaie de faire depuis longtemps, c’est de faire passer les lois trans, ou l’auto-identification, en utilisant le féminisme comme bouclier. Mais il est important de souligner que nous n’avons pas seulement manifesté pour cette raison. Je pense en fait que nous avons été distraits par le sujet transgenre pendant longtemps et qu’il était nécessaire de récupérer l’agenda féministe – qui inclut tous les sujets dont Sonia vous a parlé.

Dana : Pensez-vous qu’il y avait des femmes à la manifestation qui ne partageaient pas votre position sur les lois transgenres ?

Sonia : Nous avons essayé de rassembler ces femmes également, mais je ne suis pas sûre que nous ayons réussi, car il s’est avéré que nous partagions toutes le même agenda. Cela signifie également que nous sommes beaucoup plus nombreuses que nous le pensions. Nous ne nous attendions vraiment pas à ce que tant de femmes viennent, nous n’arrivons toujours pas à y croire.

Maria : C’est exactement ce que je voulais dire. Avant, quand nous manifestions contre un seul problème – le féminicide, le viol, ou l’agenda trans, seules quelques femmes venaient. Maintenant, elles sont si nombreuses ! Nous devons nous rappeler que nous sommes toujours une force puissante.

Dana : Combien de femmes sont venues à votre manifestation du 23 octobre ?

Lucia : Cela dépend à qui vous demandez (toutes rient). Nos politiciens ont dit que nous n’étions que 3 ou 4 femmes, mais en réalité, nous estimons que nous étions entre 5000 et 8000. Lorsque nous sommes arrivées sur la Plaza del Sol à Madrid, nous ne pouvions même pas y entrer, et la place est immense. Nous étions si nombreuses parce que nous avons organisé des bus pour les femmes qui venaient de tout le pays – nous avons rempli 14 ou 15 bus.

Sonia : Maria a parlé à la police et ils ont dit que nous étions 5000, mais les estimations de la police ont tendance à être inférieures à la réalité.

Dana : Qu’ont dit les médias ?

Lucia : Il y a eu trois types de réactions. Tout d’abord, notre manifestation a souffert de la censure de nombreux grands groupes de médias. Ils n’ont pas du tout couvert la manifestation, ou seulement brièvement, en mentionnant que nous étions un petit groupe, peut-être à cause du lobby trans. D’autres groupes de médias, lorsqu’ils ont mentionné la manifestation, nous ont qualifiés de « partie du féminisme » ou de « féminisme trans-exclusif », sans expliquer contre quoi nous manifestions réellement. De même, la chaîne de télévision nationale espagnole a brièvement mentionné la manifestation et a expliqué contre quoi nous manifestions. Cette couverture a donné lieu à une réponse controversée d’un politicien, que je pourrai expliquer plus tard. Les médias qui ont informé consciencieusement de notre manifestation étaient de petits médias féministes.

Dana : Pouvez-vous m’en dire plus sur la réaction des politiciens ?

Lucia : Un député du parti Podemos a qualifié notre groupe de « déchet transphobe » sur Twitter. Ce n’était pas le premier incident de ce genre : il y a quelque temps, une femme politique d’Andalousie s’est présentée au parlement local avec un T-shirt sur lequel était écrit « fuck TERFs ».

Sonia : C’est l’état de la gauche en Espagne en ce moment. Je pense que c’est la raison pour laquelle nous étions si nombreuses dans les rues.

Lucia : À cause des commentaires de  » déchets transphobes « , nous nous battons pour une désapprobation parlementaire de ce politicien – nous pensons que quelqu’un dans cette position ne devrait pas dire de tels mensonges sur Twitter. Nous ne sommes pas transphobes et nous ne sommes pas un « petit nombre ». Comment pouvez-vous qualifier un mouvement de « poubelle » ?

Maria : Par contraste, ce terme n’a jamais été utilisé par les politiciens espagnols pour décrire même l’extrême droite, bien que nous soyons entourés de mouvements d’extrême droite. Une autre chose que je trouve très grave est que, dans une série de tweets, ce même politicien s’est plaint que la télévision publique ait même couvert notre manifestation. Sa crise de colère en ligne aurait été vraiment ridicule s’il n’était pas en position de pouvoir.

Dana : Y a-t-il eu des contre-manifestations violentes de la part des activistes trans lors de la manifestation du 23 octobre, comme lors d’autres manifestations féministes en Espagne ?

Maria : Nous nous attendions à ce qu’il y en ait, c’est pourquoi nous avons créé un groupe de sécurité avant la manifestation. Il y avait vraiment eu des contre-manifestations violentes dans le passé. Cette fois, la police de Madrid nous a dit qu’elle avait plus que doublé le nombre d’agents pour couvrir notre manifestation. En outre, ils ont surveillé un contre-manifestant notoire qui était devenu violent par le passé. La veille, on nous avait dit que cet individu se rendrait à Madrid, mais nous ne l’avons finalement pas vu. Il n’y a eu qu’un seul incident lors de la manifestation du 23 octobre – lorsque nous lisions le manifeste, une personne s’est mise derrière la femme qui le lisait, nous lui avons demandé de bouger, il ne l’a pas fait, alors la police l’a fait sortir.

Sonia : Maria a fait un travail formidable. Elle et d’autres femmes de l’équipe ont développé un protocole de sécurité, elles avaient toutes les mesures en place, juste au cas où. C’était aussi parce que nous avions reçu des tonnes de messages sur les réseaux sociaux de femmes qui avaient peur de venir à cause de la violence des contre-manifestants lors des précédentes manifestations.

Dana : Quelles ont été les réactions sur les réseaux sociaux ?

Sonia : Le soutien sur les réseaux sociaux a été écrasant – de la part de femmes qui n’ont pas pu venir en personne, mais aussi d’autres groupes féministes du monde entier – Italie, Russie, Croatie, Colombie, Mexique, Pérou…

Maria : La Norvège..

Sonya : Oui, en Norvège, elles sont allées plus loin – elles ont organisé une manifestation devant l’ambassade d’Espagne à Oslo pour nous soutenir. C’était incroyable. De plus, le nombre de personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux a augmenté de façon exponentielle.

Dana : Quelle a été la réaction de  » l’autre côté  » – les gauchistes, ou les alliés trans ?

Lucia : Cette partie de la… société n’était pas contente du tout (rires). Maintenant, ils organisent une manifestation pour un autre jour, avec presque le même message et des visuels très similaires. Après notre manifestation, j’ai aussi vu des messages sur les réseaux sociaux qui disaient que nous manifestions contre les droits de l’homme, et ainsi de suite.

Maria : Mais il est toujours difficile de contrer notre récit. Si nous n’avions manifesté que contre les lois sur l’auto-ID, cela aurait été plus facile, en raison du caractère unique de la manifestation et de la faiblesse des chiffres – mais traiter une foule de 7000 féministes de « femmes folles » dans un pays où les manifestations féministes avant Covid avaient fait les gros titres et avaient été reproduites dans le monde entier, est beaucoup plus difficile. Lorsque nous disons « Arrêtez de nous tuer et de nous violer », il est très difficile de faire un contre-discours de la part de la gauche. Même s’ils aimeraient bien le faire.

Quel sera l’objectif principal de la manifestation « queer » ?

Lucia : Ils ont l’intention de montrer qu’ils sont satisfaits de la loi trans…

Sonia : Ils mentionnent aussi explicitement notre manifestation. Je ne me souviens pas de la phrase exacte, mais c’était quelque chose comme « après l’énorme manifestation contre les droits de l’homme, nous devrions descendre dans la rue… »


Un grand merci à Geneviève Gluck pour l’introduction de l’interview !

3 commentaires sur « Interview : Des féministes radicales espagnoles expliquent comment elles ont rassemblé 7000 femmes dans les rues de Madrid. »

  1. A reblogué ceci sur Caroline Huenset a ajouté:
    « Sonia : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous devions nous unir. Ces derniers temps, en Espagne, bien que nos élites utilisent le mot « féminisme » dans leurs politiques, et qu’elles prétendent être de gauche, elles placent les femmes et les filles en dernier dans leur agenda.

    Nous avons manifesté contre la violence sexuelle, le harcèlement sexuel, l’exploitation sexuelle, l’exploitation reproductive, les lois sur l’autodétermination des sexes, l’effacement du sexe en tant que catégorie juridique, la précarité de l’emploi, la féminisation de la pauvreté, l’écart salarial, etc. Mais je pense que la principale chose qui nous a reliées est que nous sommes oubliées. Nous continuons à subir des violences, et pourtant nous sommes au bas de la liste des priorités.

    Maria : L’une des choses que ce gouvernement essaie de faire depuis longtemps, c’est de faire passer les lois trans, ou l’auto-identification, en utilisant le féminisme comme bouclier. Mais il est important de souligner que nous n’avons pas seulement manifesté pour cette raison. Je pense en fait que nous avons été distraits par le sujet transgenre pendant longtemps et qu’il était nécessaire de récupérer l’agenda féministe – qui inclut tous les sujets dont Sonia vous a parlé. »

    J’aime

Répondre à carolinehuens Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :